samedi 14 juin 2014

Mon set à Sète ( jour 1): des gueules, des bateaux et du sel.

Y'a pas: c'est toujours aussi marrant d'envahir une ville et de dessiner tout ce qu'il s'y passe.

C'est ce qu'il s'est produit à Sète le week-end du sept ( j'ai une certaine aisance avec les jeux de mots) : On a dépassé la centaine de sketchers, ce qui fait deux cents jambes, deux cents yeux, et attention, mille doigts (environ, j'ai pas tout compté, même si je suis aussi très à l'aise avec les chiffres. Pour les tâtillons, je précise que je n'ai pas compté les doigts de pied)
Mille doigts disais-je , pour capturer les moindres recoins de cette ville dans toutes sortes de carnets, avec toutes sortes d'outils: crayons, doigts, pinceaux, stylos, café, terre, j'ai vu de tout.

It's still funny to invade a city and draw everything that is going on. 

This is what happened in Sète last week end:  hundred of sketchers, that makes two hundred legs, two hundred eyes and attention, thousand fingers (I have not counted the toes) to capture every corner of this city in all kinds of notebooks, with all kinds of tools: pencils, fingers, brushes, pens, coffee, earth, I saw everything.

Sète, place du Pouffre

Emdé et Pouffre


Il s'agissait donc de trouver des places à l'ombre, j'ai tout de suite compris. Une vue aérienne de la ville en film accéléré sur 24h aurait permis de voir la masse grouillante des sketchers passer d'Ouest en Esten dessous de tout ce qui pouvait ombre porter.
Et le soir, tels des papillons nocturnes, nous allions nous éblouir aux lumières des tavernes.

Our common goal was sketching in the shadow.
An aerial view of the city by plane accelerated would have shown the mass of the sketchers moving from west to east in the shadow of everything that could make shadow. 

And in the evening, everyone was moving in taverns and bars.


La Malia y sus boucletas. A droite, un bateau, dessiné à l'ombre de Lapin, qui m'a énormément compliqué la vie avec sa chemise à fleurs.
Aire de carénage. Ambiance de goëlands qui s'esclaffent, odeur de mazout et de sel.

Et quand on faisait une pause, je biquais les copains


Ricardô
Ricardô
                   

Italo-Belgian moment
Gérard Michel
el Conejo
Lapin
MARCVS
Marcvs Rvdus
(cherchez pas, il n'était pas à Sète)
Un grand merci à Silke et son équipe locale pour l'organisation.
Et deux grosses bises ( en Auvergne, c'est deux) à toute la famille USK France, c'était un plaisir de voir revoir, de vous rencontrer et de gribouiller un peu avec vous tous!
Enregistrer un commentaire