jeudi 12 juillet 2012

Un café, un carnet et un feutre.

Rien ne m'enchante plus que le glissement de mon feutre Unipen sur deux nouvelles pages de mon carnet moleskine.

Pour ce dessin, j'ai choisi la vieille table de ferme de mes aïeux correziens, qui se trouve maintenant dans mon salon. Assis là, j'avais une vue sur le piano à gauche, et sur mon coin d'hiver où je dispute souvent des parties d'échecs avec mon fils :deux vieux fauteuils accueillants devant la cheminée. C'était parfait comme angle de vue.



Nothing delights me more than feeling my Unipen slipping on two new pages of my moleskin notebook.

For this drawing, I choised the old farm table of my ancestors, which is now in my living room. Sitting there, I had a view of the piano left and on my corner winter where I often play chess with my son: two old armchairs in front of the welcoming fireplace. It was as perfect viewing angle.

Enregistrer un commentaire